bandeau d'accueil

Mon compte


Accueil :: RESSOURCES :: Coup d'oeil :: Années lentes

Années lentes

AddThis Social Bookmark Button
Envoyer Imprimer

1968. Txiki, enfant pauvre, est recueilli par sa tante Maripuy et son oncle, Visentico, avec dans sa valise sa collection de petits cyclistes en plastique, tandis que ses frères et sœurs aînés sont confiés à la casa Misericordia, à Pampelune. C'est son cousin, Julen, qui l'accueille à sa descente de l'autobus à Saint Sébastien, dont il devra partager la chambre, l'incroyable odeur de pieds et les masturbations frénétiques. De quoi les lier d'une affection indéfectible.

 

  Livre

Auteur(s) Aramburu, Fernando (1959-...) (Auteur) ; Mestre, Serge (1952-...) (Traducteur)

Titre(s) Années lentes : roman / Fernando Aramburu ; traduit de l'espagnol par Serge Mestre.

Editeur(s)Paris : Lattès , 2014.

Collection(s)( Littérature étrangère , ISSN 2268-5375).

Résumé A la fin des années 1960, un garçon de 8 ans est recueilli par son oncle et sa tante à Saint-Sébastien. Il décrit sa nouvelle vie de famille, dépeignant les membres qui la composent : un oncle peu courageux face à une tante au caractère bien trempé, une cousine obnubilée par les garçons et un cousin qui s'enrôle dans l'ETA.

Notes Littérature espagnole.

Indice(s) 863

 

C'est avec le regard naïf de l'enfant qu'il était alors, que Txiki raconte l'histoire de sa famille adoptive, à la fois banale et haute en couleurs, tragique et drôle : cette tante Maripuy, qui règne en maîtresse femme sur son mari et sa petite tribu, empêtrée dans les conventions sociales et religieuses mais responsable de tentatives d'avortement sur la personne de sa fille et sans doute d'un meurtre ; cette cousine obèse et obsédée, Mari Nieves, qui ne compte pas moins de trois inséminateurs parmi les garçons du quartier ; refusant de tirer à la courte paille celui qui la mariera, elle se verra affublée de Chacho, acnéique aux oreilles décollées, dont le parfum fait tourner le lait. Cet oncle Visentico, que ses trajets mènent immanquablement du travail au bar et du bar à la maison. Ce cousin, Julen, qui se fait enrôler dans l'ETA naissante avec son ami Peio ; autour d'eux, le quartier et ses médisances, don Victoriano, le curé indépendantiste et activiste, les sbires de Franco ...

Les souvenirs de Txiki, devenu pharmacien, alternent avec les notes d'un certain M. Aramburu, auteur dont le projet est d'écrire sur cette période de l'histoire de l'Espagne, ces années lentes où « les minutes de la dictature duraient une minute et demie ou même deux (…) ; On avait l'impression qu'on vivait plus rapidement dans les autres pays, les modes s'y succédaient à grande vitesse, il s'y passait plus de choses ou simplement il s'y passait des choses ».

Années lentes, roman sur le roman à venir, mêle l'histoire personnelle et la mémoire collective, dans une période grise et troublée.

 

aramburu portrait 3

 

Fernando Aramburu est né à Saint Sébastien en 1959 et vit depuis 1985 en Allemagne, où il enseigne l'espagnol. Essayiste, poète et romancier, son œuvre a souvent été récompensée de prix littéraires.

Egalement disponible à la Bibliothèque : Le salon des incurables : nouvelles, aux éditions Buchet Chastel, 2009.